AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Reality? ~ Halkiryu Ellipsia ~ Illusion?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Halkiryu
Prince de l'Ellipse
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 06/10/2008

Feuille de personnage
Race: Humain
Alignement: Bon
Arme:

MessageSujet: Reality? ~ Halkiryu Ellipsia ~ Illusion?   Ven 4 Déc - 22:36

Loin dans la noirceur du ciel, une lumière.



Allure :

Généralement :
Si dans les générations précédentes, il était courant de voir de vraies forces de la nature au pouvoir, aujourd’hui, dans ce semblant de démocratie que vit Lorkhannia, on préfère les capacités en matière de langue et de politique, un soupçon de don pour la manipulation et un rien de malice pour ne pas rechigner à faire des propres coups d’état contre soi-même afin de changer la constitution, créée par la même personne pour gagner la confiance du peuple puis mieux régner en dictateur déguisé par après. Pour tout cela, Halkiryu ne bénéficie en effet pas d’une musculature très généreuse, autant le dire clairement, il n’en est pas faible pour autant. Ses bras sont fins et longs, ses mains, -souvent cachées de gants blancs, noblesse oblige- semblent douces et ses doigts légers et souples. Ses cheveux sont relativement courts, ses traits sont peu appuyés et son corps semble moins épais qu’une simple allumette. Vous l’aurez compris, Halkiryu n’a rien d’un combattant, il est élancé, svelte, grâcieux et… beau, tout simplement. Après tout, si l’on s’occupe aujourd’hui plus de l’image de nos princes que du peuple, il est normal d’avoir ce genre de jeune homme comme Prince…
Visage : Comme dit précédemment, ses traits sont d’une légèreté rare. Sa peau est d’une jeunesse et d’une pureté remarquable, son nez sied parfaitement au milieu de son visage, son menton est un rien pointu et sa bouche se garnit de lèvres d’une discrétion à toute épreuve, rien ne vient gêner la beauté de ses traits.
Yeux : Ses yeux ensorcelleraient n’importe qui, avec ces pupilles d’un noir intense, reposant au milieu d’un iris d’un gris argenté envoûtant. Son regard plein de mélancolie trahit néanmoins ses ambitions, à cause de ce regard on le trouve hautain, méprisant. Ils imposent le mystérieux, en les regardant fixement, on croirait plonger dans une mer sans fond au beau milieu du pays des songes…
Cheveux : Sa chevelure descendait autrefois plus bas que la nuque, mais il se résolut un jour à les couper, cela n’avait pas spécialement de signification, une envie de changer de style peut-être… En tout cas, il affirme lui-même préférer son ancienne coupe de cheveux à celle-ci, d’un point de vue esthétique du moins. Ils sont noirs, mais laissent place aux reflets de la lumière qui leur donnent une couleur plus claire, proche du gris. Ils sont coiffés de telle façon qu’ils ne gênent pas la vision sans pour autant dégarnir le front. Ils gardent un certain volume et cachent ses oreilles. Sa chevelure est très soignée et est irréprochable.
Corps : Elancé, il est mince, ses muscles sont peu développés et il a l’air faible physiquement. Ses bras semblent très longs, à cause du fait qu’ils soient aussi très fins, mais il ne semble pas pour autant mal proportionné. Rien ne vient perturber l’élégance de sa silhouette.
Style vestimentaire : Les vêtements royaux ne doivent pas vous être inconnus… Il est commun de le voir habillé d’une longue cape blanche et d’un costume mêlant habilement le noir au blanc de la cape. Les boutons fondus en or brisent la noirceur de la veste et les gants d’une pure blancheur sont encore plus élégants lorsqu’ils revêtent les mains grâcieuses du Prince… L’insigne de Lorkhannia, incrusté au niveau du cœur, est reproduit à la perfection et sied à merveille aux couleurs qui rappellent la grandeur passée des anciens Rois. A la ceinture siège une épée aiguisée à la perfection mais ne servant que pour des cérémonies officielles, le fourreau est orné de diamants. Quant au pantalon, il est simplement noir et ne présente que peu d’originalités, toutefois pas assez pour qu’elles soient décrites ici. Il porte des bottes aux motifs travaillés et est coiffé d’une toque princière, moins imposante que celle d’Elowynn mais tout de même très belle.
Néanmoins, la plupart du temps, Halkiryu ne s’habille pas de cette façon, préférant de loin des habits moins lourds, comme un simple shirt noir recouvrant jusqu’à ses bras, avec par-dessus, une tunique sans manche. Quant au pantalon, pareil, simple et noir. Même s’ils sont peu recherchés et ne donnent pas vraiment l’impression qu’il soit un prince, ces habits lui donnent un certain style et on le confondrait presque avec un jeune homme normal. Il est donc bien habillé.

Signes particuliers :
Il doit porter la bague princière en toutes circonstances, c’est la marque qu’il fait partie de l’Ellipse. Elle lui sert même de carte bancaire et lui permet de se faire rapidement obéir des forces d’ordre.

Personnalité (Really?) :


Qualités : Halkiryu est bien sûr très éloquent, ses connaissances en vocabulaire et ses capacités à créer un discours sont très développées. Normal, pour une personne formée pour éventuellement diriger la contrée. Il est bon en ce qui concerne la manipulation du peuple aussi. Mais plus que tout, ses qualités sont son sens de la justice, du devoir et son respect profond pour l’humanité. En effet, même après avoir été conditionné dans son enfance, il garda la tête froide et ne se rallia pas à la pensée malsaine des dirigeants. Cela ne l’empêchant pas de faire son travail et d’obéir calmement… Pour l’instant. Il sait dissimuler ce qu’il pense. Il n’oublie pas ses principes les plus importants et n’irait jamais jusqu’à les enfreindre pour arriver à son but, il ne veut pas s’abaisser trop bas, ce qui lui ferait oublier la nature de ses ambitions. Par contre, il ne se prive pas de mentir et de berner les gens pour arriver à ses objectifs, même si ça ne lui plaît pas trop, il reste calme vis-à-vis de cela pour le moment. Il est très intelligent et ne se fait pas piéger facilement. Une certaine partie du peuple l’aime beaucoup, l’autre reste assez neutre, il n’y a pas vraiment de raisons de lui en vouloir à lui plus qu’à un autre…
Défauts : Le défaut le plus flagrant d’Halkiryu est sans aucun doute son corps peu entraîné au combat. Cela pourrait lui être fatal s’il se jette à corps perdu dans des situations dangereuses, mais il garde la tête froide et cela ne devrait normalement pas arriver… Il est aussi peu aimé de l’Ellipse. On le dit le plus proche de la succession, enfin, encore faudrait-il qu’Elowynn abdique ou meure, mais c’est pour ça qu’il est presque haï par ses pairs. Il y a aussi cette partie sombre de son esprit… A force de jouer le représentant trop parfait, le devenir vraiment pourrait le détourner de ce qu’il est vraiment. C’est ce dont il a le plus peur et fait donc très attention à garder son esprit concentré sur qui il est vraiment.
Ses goûts : Halkiryu aime se balader en rue sans escorte, pour se sentir un peu libre de l’oppression constante qu’impose son statut de Prince. Il a malheureusement peu de temps libres, il doit s’occuper de son éducation en tant que prétendant au trône et de certaines affaires courantes. Même si Halkiryu est proche du peuple, il aime parfois se retrouver vraiment seul, au milieu de la nature, loin des gens. Ca lui permet de réfléchir au calme, de se reposer un peu du bruit, tout en étant loin de la noblesse. Il n’aime pas spécialement travailler son image, mais le fait car c’est ce qu’on lui a demandé de faire, il n’aime pas non plus spécialement son rang, bien que ça lui ait déjà bien servi par le passé, il le trouve lourd et s’il pouvait le quitter facilement, il le ferait. Il est particulièrement friand de cerises qu’il mange lentement avec une délectation suspecte. Il n’est pas spécialement attiré par les femmes ni par les relations d’amitié, enfin, il n’y a pas été habitué plutôt. Il les comprend, mais il n’en a pas. Et il préfère ça, car il serait obligé de mentir à ces personnes avec qui il serait proche aussi. Ca en fait donc quelqu’un d’assez solitaire, mais qui sait s’exprimer pourtant. Enfin, en bref, il a peu de passions et son temps libre lui sert surtout à se reposer plutôt qu’à autre chose.

Alignement : Halkiryu est bon. S’il plonge dans la noirceur, il ne veut pas s’abaisser au niveau de celui qu’il hait, Elowynn, ce faux démocrate qui ressemble plus à un dictateur qu’à autre chose. Il règne depuis bien avant la naissance d’Halkiryu et choisit même ses successeurs… Peut-être y sera-t-il amené malgré tout ? Halkiryu veut vraiment le bonheur de son peuple et de celui de tout le continent. Si en effet ses ambitions sont d’unifier le Misanris, il le veut pour y rétablir l’ordre, et veut faire couler le sang au minimum. Les mensonges et les illusions ne sont là que pour l’aider à atteindre cette place, une fois là, c’est véritablement à ce moment qu’il pourra réaliser son vœu. En sera-t-il encore conscient s’il arrive à accéder à un tel pouvoir ? Il l’espère, et travaille pour cela. Il ne peut pas échouer, et pour ça, il fera tout pour rester droit et juste.

Histoire :


Sous cette histoire se cache la plus sombre partie du cœur humain.

Et Halkiryu naquit. Il n’eut vraiment rien à reprocher à cette naissance, ses parents étaient nobles, ils habitaient une superbe villa des quartiers les plus réputés de Cyrodil. Ils lui donnèrent une éducation relativement sévère mais aimaient profondément leur fils. Halkiryu était un enfant modèle, lui aussi, il ne pleurait que rarement lors de ses trois premières années, était très bien élevé et très respectueux de ses parents et des autres personnes. Lorsqu’il eut l’âge de s’intéresser à la lecture et aux autres arts, il s’appliquait avec un dévouement volontaire et assez imposant. Il était très intelligent, n’avait que peu de difficultés et s’intéressait à beaucoup de choses. Tout se passa parfaitement bien.
Et donc, Halkiryu grandit. Ses parents étaient toujours des modèles, malgré leur statut, jamais ils n’auraient eu l’idée d’être arrogants ou hautains. Ils étaient d’une modestie à toute épreuve, le jeune enfant les aimait particulièrement. Halkiryu s’était fait beaucoup d’amis avec qui il jouait volontiers, même si ce n’était pas encore des relations très proches, ils restaient liés. Ces autres enfants pouvaient être pauvres ou plus riches, il ne faisait pas la différence, pour lui et sa famille, les amis n’avaient pas à être choisis selon la classe sociale. A ses huit ans, un évènement inattendu survint. C’était un jour comme les autres, rien de spécial ne s’était produit dans les derniers jours, ni même les derniers mois et pourtant, un comité spécial de recrutement toqua à la porte de la famille. Ce fut le père qui les reçut. Il voulait leur prendre Halkiryu pour le faire rejoindre l’Ellipse, selon les ordres d’Elowynn Valenfall. Peu de personnes sont au courant mais le comité s’occupant de ces affaires est vraiment violent. A vrai dire, ils n’ont pas osé à rassembler les soldats les plus froids parmi les troupes Kvatchiennes, réputées les plus cruelles. Ils sont payés plus que des mercenaires, j’imagine qu’il ne faut pas tant que ça en plus pour changer de contrée… Toujours est-il qu’apparut à la porte de la maison, un petit homme vêtu d’un costume et semblant d’une malice non dissimulée. Il gardait toujours ce petit sourire en coin lorsqu’il parlait, Halkiryu ne l’oubliera jamais… Ce sourire, il définit aujourd’hui pour lui, le propre même de la malhonnêteté humaine. Il semblait aigri par l’âge, mais ses yeux trahissaient toujours son ambition. Le père le congédia aussitôt et le pria de bien vouloir quitter les lieux au plus vite. Il n’était pas idiot. Il savait tout sur la manière dont on dirigeait le pays. La voix du petit vieux irritait les oreilles de la famille, c’était l’un de ses hommes qui se sentaient supérieurs aux autres et parlaient de l’humain comme d’une viande que l’on peut acheter ou vendre. Il était toujours là à se justifier, à essayer de convaincre le père de laisser son fils. Et tout cela a bien sûr très mal fini. Ils se sont retirés sans rien dire.

Cette nuit, des bandits attaquèrent cette maison si paisible. Il y aurait pu y avoir bien des raisons à cela, après tout, ils étaient nobles. Ils furent tués. Tout le monde trouva ça horrible, mais bien sûr, personne ne se douta de la cause de ce meurtre qui semblait avoir tout d’un accident, d’un cambriolage qui a mal tourné… Le lendemain, le jeune Halkiryu, indifférent, fut arraché à sa maison, à ses souvenirs et à tout ce qui lui permettait de se sentir là, d’avoir une existence. Il devint Halkiryu Ellipsia.

Mes amis, ils m’ont dit au revoir, en riant. J’aurais aimé avoir des consolations, de la compassion. J’aurais aimé les voir pleurer toutes les larmes de leur corps.
Mes parents sont morts. Et alors ? C’est ce que j’ai fini par me dire, cela n’affectait personne, alors pourquoi moi ?


En fait, je crois que je n’ai jamais versé une seule larme pour eux.

___________________________________________________________

Eh, eh toi ! Réveille-toi.

Oh… Ce serait déjà le matin ? Qui vient m’éveiller avec cette haleine si nauséabonde ? me dis-je en ouvrant un œil curieux.
Je n’aurais jamais imaginé qui se tiendrait devant moi. Un vieillard, mal rasé, avec pour seule habit une couverture et pour seule amie, une bouteille peu remplie qu’il était en train de vider posément sur mes cheveux, ceux-là même que j’ai tant de mal à entretenir en temps normal… Ils étaient gris et…

Eh le blondinet, ta tête me dit quelque chose… T’es qui ?

C’était vraiment à moi qu’il parlait ? Je m’empressai de saisir une mèche de cheveux et la placer devant mes pupilles dont je n’étais plus sûr de la couleur non plus après la surprise que j’ai eue en découvrant que j’étais devenu blond. Blond. Dans une rue si peu fréquentable. Avec un vieillard qui me verse de l’alcool sur la tête. Un rêve ou bien la folie qui venait me prendre après tant d’année à garder l’esprit sain au milieu de ce milieu hostile dont je faisais partie il n’y a sûrement pas vingt-quatre heures ? J’hésitai à présent à lui répondre mais je me décidai tout de même à lui dire que j’étais bel et bien Halkiryu, de l’Ellipse Princière. Il observa mon visage, avec un regard inspirant la suspicion, il faut dire que moi aussi, je devais sembler étrange, à le dévisager avec mépris. Je me sentais vraiment bizarre en l’observant, j’avais l’impression que j’étais derrière mon corps et que ces yeux qui voyaient cette personne étaient différents des miens.

Nan, je vois pourquoi j’ai cru te connaître, c’est vrai que t’as les habits mais j’ai jamais entendu parler d’un Halkiryu comme Prince… Mais tu m’fais penser au pauvre type qui vient d’avoir un gosse dans la rue voisine, vous vous ressemblez c’est dingue.

Il avait raison, je portais encore les habits royaux. Je finis par me lever, sans dire un mot, et à me diriger vers cette rue. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait cela. Mes pieds semblaient me diriger seuls, mes yeux se fixaient sur certains points, je sentais des gouttes de sueur sur mon front, des tremblements de plus en plus intenses. C’était quoi ces proportions de bâtiments délabrés complètement loufoques, pourquoi toute la perspective que je pouvais voir semblait converger en ce seul point, ce type qui avait tout de moi… De moi ? Mais je suis né dans une famille noble, je n’ai jamais connu la pauvreté, je ne suis pas blond, pourquoi de moi ? Il avait la quarantaine, une barbe, des cheveux dorés, enfin, c’était l’impression qu’ils donnaient grâce aux reflets des cheveux blancs qui apparaissaient eux aussi. Mais pourquoi me reconnaissais-je dans ce portrait misérable, qui… étais-je alors ? C’est ça, mes pas, ils me rapprochent de cet homme, c’est un délire, je vais le rejoindre et redevenir moi-même ? Non attendez, c’est impossible. Je devais forcer pour m’empêcher de marcher, pour m’empêcher de penser. Pour m’empêcher de devenir autre chose. J’essayais de regarder ailleurs, mais tout semblait tourner autour de moi, enfin de lui… Je fermai les yeux, je voulais entendre quelque chose d’autre que son regard terne, fatigué, cerné, ses mouvements si lents qu’ils auraient ralenti le monde, son regard vide… En fait je crois que je le voyais avec mes oreilles, que je le sentais avec mes yeux, que je l’entendais avec ma peau… Il était moi, ou bien étais-je lui. Une année traversa mon esprit. 4E21, on était le jour de ma naissance. Alors pourquoi ai-je ce corps, qu’est-ce qui se passe... La tension qui me terrassait me faisait battre ce cœur qui ne semblait pas être le mien à une cadence folle.

Des gémissements. Silence. J’entends des gémissements.

Des gémissements de bébé. Le vieillard de toute à l’heure a parlé de « ce pauvre type qui vient d’avoir un gosse »… Un gosse… Je ne me voyais plus, enfin, je ne sais plus, en tout cas je ne voyais plus rien, en une fraction de seconde, j’étais là, à deux centimètres de ce truc qui venait de prendre la vie d’une femme dont j’en n’avais rien à faire honnêtement. Là je regardais cet enfant. C’était mon enfant. Il avait les cheveux gris. Non il n’avait pas de cheveux, mais ils étaient gris, il était si beau, ses yeux argentés, de qui les avait-il hérités ? Je m’en fiche. C’est quoi ce sourire en coin, pourquoi il souriait comme ça, ce sourire en coin…


Je l’aime bien finalement.



___________________________________________________________

Halkiryu venait tout juste d’entrer dans les prétendants à l’Ellipse, un jour après la mort des parents. Il excellait en tout, forcément, vu son éducation presque parfaite. Histoire de la monarchie, politique, éloquence, connaissances géographiques, son talent semblait être une source intarissable. Il assura dès que possible ses fonctions en tant que XIVème Prince, c'est-à-dire à quinze ans. Il n’était néanmoins pas considéré comme étant le plus proche du trône mais il était bien au dessus du lot tout de même. Il voyait bien que tout était fait pour pousser les Princes à aligner leurs volontés sur celles d’Elowynn mais cela lui semblait tellement évident que ça n’avait aucun effet sur lui. Il s’étonnait d’ailleurs de lui-même, après tout même si ça lui semblait ainsi, il n’en était en réalité rien, la manipulation se faisait de façons très discrète mais présente, des piques, des censures par ci par là qui finalement ne pouvaient que faire adhérer à la vision des choses de Elowynn Valenfall pour en faire un parfait héritier. Il suffisait donc à Halkiryu de faire semblant de se laisser berner pour se rapprocher de son but.
Oui son but, ce n’était aucunement venger la mort de ses parents, c’était juste faire régner la justice, et privilégier le peuple, au sacrifice de son corps, de son âme, de sa réputation et d’absolument tout ce qu’il avait à donner. Avec comme seule contrainte de ne pas oublier ses idéaux.
Alors ces deux ans, il continua à se montrer comme étant bien aux ordres d’Elowynn, tout en étant proche du peuple et distant à la fois.
Et puis il y eut ce rêve. Cette illusion ou quoi que ça puisse avoir été. Cela lui a fait prendre conscience de son état. Oui il était Halkiryu Ellipsia mais il n’était pas le même. Il ne retint par instinct, qu’une seule de ses théories, la bonne : le vrai Halkiryu, le premier avait disparu de ce monde tout en étant encore présent, attendant le moment opportun pour réapparaître. Il avait échoué à percer dans ce monde, lui qui poursuivait le même idéal. Mais il avait acquis une grande connaissance des arts illusoires, jusqu’à réussir à créer une illusion réelle, créer un être humain en somme. Il parvint même à lui donner des souvenirs, des émotions, bien que peu développées apparemment, et à se faire remplacer par l’illusion dans les esprits des peuples du Misanris. Personne en effet n’avait de souvenir de lui. Il semblait avoir un impact sur les connaissances du nouvel Halkiryu et sur sa façon de penser aussi, testait-il différents pions pour voir lequel d’entre eux allait marcher ? Et comment était-il possible de créer un homme… Halkiryu pense qu’il a dû se réfugier dans un espace interdimensionnel, en somme, s’enfermer serait plus correct. Qu’il soit dans sa tête ou ailleurs, il est bien là. Pourquoi le lui révéler, c’était la seule chose que l’illusion ne semblait pas pouvoir comprendre et pour cette raison, elle avait un doute… Et si il réfléchissait trop ? Peut-être que ce n’était qu’un rêve après tout, peut-être était-il réel. Finalement, il n’y accorda plus aucune importance après avoir s’être penché sur la question pendant les deux jours qui ont suivi sa vision.

Et puis il y eut cette grande réunion où Elowynn et les Princes étaient conviés à la même table pour discuter de l’avenir, du royaume et autres affaires courantes. Plus personne ne se souviendra du pourquoi ni du comment mais on en arriva à cette phrase… Cette phrase qui restera gravée à jamais dans les esprits et qui changera totalement la vision des autres par rapport au 14ème.

Alors ainsi, votre altesse, vous pensez qu’il ne faut point trop se soucier de la basse classe que constitue le peuple tout entier et lui préférer des mesures militaires ou économiques afin de faire éclore de nouvelles richesses, développant une politique mieux adaptée à cette contrée. Eh bien, sans vous offenser, pour moi, vous avez tout faux. En effet, vous possédez tout, vous pouvez décider de tout et vous savez des choses que nous, nous ignorons. Vous êtes Elowynn Valenfall et si tout se passe selon votre plan, votre héritier sera parfait pour continuer à suivre votre lancée et à diriger de la même façon. Mais… où cela vous mène-t-il, Elowynn Valenfall ? Qu'est-ce que le pouvoir, s'il n'est utilisé pour le bien du peuple? Les lois ne signifient plus rien, je détruirai toute autorité et remettrai ce continent sur ce chemin de lumière.


Tous furent bien sûr stupéfaits et aussi ravis, après cela, il était sûr que même s’il restait Prince, Halkiryu n’aurait plus jamais eu la première place dans les prétendants au trône. On dirait que l’illusion préfère jouer directement en face à face. On dit que lorsqu’ils sortirent tous, l’un des Princes, moins lobotomisés que les autres demanda à Halkiryu s’il comptait vraiment faire un coup d’état contre l’empereur, s’il ne pensait pas à déclencher une guerre civile et surtout s’il pensait avoir le soutien du peuple. Et celui-ci répondit simplement.


Ne t’inquiète pas, je ne pense pas conduire cette contrée vers sa perte, c’est pourquoi je compte bien m’emparer du trône par des moyens plus démocratiques. Si le peuple me suivra ? Eh bien… Je ne pense pas qu’il soit prêt à changer.
Comment aimer les gens, s’ils ne t’aiment pas eux-mêmes ? Sache que je ne me suis jamais posé cette question. C’est pourquoi je sauverai ce continent et son peuple du déclin.


Illusions are so... ~ So... Does it look real?


-----------------------------------

Règles lues et approuvées, BackGrounds lus.

_________________
"Qu'est-ce que le pouvoir, s'il n'est utilisé pour le bien du peuple? Les lois ne signifient plus rien, je détruirai toute autorité et remettrai ce continent sur ce chemin de lumière." Halkiryu Ellipsia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://misanris.forumactif.org
 
Reality? ~ Halkiryu Ellipsia ~ Illusion?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» La musique est une illusion qui rachète toutes les autres • Astoria
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian
» Un entrainement à l'ombre d'une illusion [Pv: Eldaln Silhae et Roy Shinku Hibana]
» La vie n'est qu'illusion ... [END] / Imani || Validé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Misanris :: Premiers pas :: Présentation de votre personnage :: Fiches validées-
Sauter vers: